le vieil homme et la mer

Le roman met en scène deux personnages principaux : Santiago, un vieux pêcheur pauvre, et Manolin, jeune garçon tendre. L’histoire se déroule à Cuba, dans un petit port près du Gulf Stream. Manolin accompagne Santiago à la pêche mais ils n’ont rien pris depuis 84 jours. Les parents de Manolin qui trouvent que Santiago est malchanceux, décident qu’il embarquera sur un autre bateau. Chaque soir Manolin voit le vieux revenir bredouille, cela lui cause une grande tristesse. Il l’aide à remonter la barque, les lignes et le harpon. Le jeune garçon lui trouve de quoi manger et prend soin de lui. Il a peur de le voir partir, il n’est pas question de pitié mais d’amour et de respect.


                                                                 ✶✶✶☆☆

Si au départ, j’ai pensé que l’histoire ne mènerait à rien et qu’elle ne méritait pas sa renommée, je me suis fourrée le doigt dans l’œil.

Le vieil homme et la mer est l’histoire d’un vieux pécheur qui n’a pas de chance et n’attrape plus rien jusqu’au jour où il va avoir affaire à un poisson énorme, le plus gros qu’on ait jamais vu. S’en suivra un combat sans relâche. Mais attraper le plus gros des poissons, est-ce vraiment de la chance ?

On sent chez Hemingway la passion de la mer, l’amour infini pour les grandes étendues d’eau, il nous la raconte avec autant de simplicité et de ferveur qu’un vieux pécheur cubain. Une histoire émouvante. Ce livre ne m’a pas bouleversé mais au final, c’est justement cette simplicité et ce refus du pathos que j’ai apprécié.

C’est un roman poignant sur la dureté de la vie de pêcheur, la vieillesse du corps après toute une vie de labeur et l’amour de la mer qui donne comme elle reprend. Ce petit bijou parle d’humilité, de courage, de dignité et de respect de façon très simple mais aussi de solitude, d’amitié, de force, de la vie et de la mort. Un autre élément qui fait réfléchir est de savoir si il a eu raison de poursuivre cet espadon aussi loin, aussi longtemps, et en d’autres mots de risquer sa vie pour un poisson. Sous cette histoire d’apparence plutôt simple, se cache une morale beaucoup plus complexe. Un classique qu’il faut avoir lu au moins une fois dans sa vie.

Publicités