de-l-eau-pour-les-elephants-water-for-elephants-04-05-2011-1-g.jpg

1931, période de Grande Dépression aux Etats-Unis. A la suite d’une tragédie familiale, Jacob, un jeune étudiant en école vétérinaire, se retrouve subitement plongé dans la misère et rejoint par hasard un cirque itinérant de seconde classe. Il se fait accepter en échange des soins qu’il pourra apporter aux animaux et ne tarde pas à tomber sous le charme de la belle écuyère Marlène. Elle est l’épouse du directeur du cirque, un être d’une rare violence et totalement imprévisible. Derrière la beauté et la magie des spectacles, Jacob découvre un univers impitoyable et miséreux. Lorsqu’une éléphante rejoint le cirque, Marlène et Jacob se rapprochent l’un de l’autre et préparent un nouveau spectacle qui permet un temps de renouer avec le succès. Mais leurs sentiments deviennent de plus en plus perceptibles et sous les yeux d’August, cette histoire d’amour les met irrémédiablement en danger.

Depuis le temps que j’entendais parler de ce film, il a fallu que HD1 le diffuse pour que je me décide à le regarder. J’avais un peu peur parce que je ne suis pas trop fan des mélodrames mais en fait c’est une très belle histoire donc je suis passée outre le genre. L’univers impitoyable du cirque est très bien retranscris avec ses décors, ses personnages, et tout les numéros présentés. C’est prenant et intéressant. On passe un bon moment devant ce film porté par une Reese Witherspoon très élégante et un Christoph Waltz charismatique à souhait. Je ne suis pas spécialement une fan de Robert Pattinson mais ça fait du bien de le voir dans un rôle différent. L’éléphante Rosie est exceptionnelle. L’histoire est un peu niaise sur les bords mais elle est émouvante et son contexte la rend encore plus juste. Un film tendre et passionnant qui se laisse regarder. Mon seul bémol, j’ai trouvé la fin assez décevante. 

En bref, un bon film au fond historique bien creusé et aux décors et costumes réussis qui ennuiera ceux que les drames sentimentaux exaspèrent, mais qui distraira ceux qui ont l’esprit plus ouvert ou qui sont des fans du genre. Un film sans prétention qui fait passer un bon moment à défaut d’être un chef-d’œuvre impérissable.

de l'eau pour les éléphants 3.jpg

  • De l’eau pour les éléphants est l’adaptation du roman homonyme, écrit par Sara Gruen pendant le National Novel Writing Month (un concours littéraire qui consiste à rédiger un roman de 50 000 mots en un mois seulement). S’élevant rapidement au rang de best-seller mondial, cette histoire d’amour et d’aventure a su séduire les lecteurs de tous les horizons, et se frayer un chemin vers l’adaptation cinématographique.
  • Ayant lu le roman de Sara Gruen bien avant que le projet d’adaptation soit d’actualité, l’actrice oscarisée Reese Witherspoon a été ravie d’accepter le rôle de la jolie Marlène dans De l’eau pour les éléphants. Elle a d’ailleurs été la première comédienne à rejoindre l’équipe du film, avant même l’écriture du scénario, et a pu apporter aux cinéastes ses idées et ses recommandations. S’il a rejoint le projet plus tard que sa partenaire, Robert Pattinson s’est lui aussi totalement investi sur le tournage, et a mis tout son talent dans sa composition du jeune Jacob. Christoph Waltz, quant à lui, a su incarner à merveille le terrible August. « Son charme envoûtant et l’impression de menace qu’il dégage en faisaient l’acteur parfait pour ce rôle, » raconte le réalisateur Francis Lawrence.
  • Trois mètres et quatre tonnes : ce sont la taille et le poids de Tai, 42 ans, qui interprète dans De l’eau pour les éléphants le rôle de Rosie, le pachyderme-vedette du film. Et l’éléphante n’en est pas à son premier tournage, puisqu’elle a déjà « joué » dans Un Eléphant sur les bras et dans Le Livre de la jungle – le film. Dressée par le soigneur Gary Johnson, elle fait partie d’une compagnie qui entraîne les éléphants à figurer dans des films.
  • En plus de s’être longuement entraînée au trapèze et aux acrobaties à cheval, l’actrice Reese Witherspoon a passé trois mois en compagnie de Tai, l’éléphante-star, pour apprendre à effectuer les figures nécessaires au film. Elle a ainsi dû apprendre à marcher sur la trompe de cette dernière, à se faire porter dans les airs par elle et à effectuer un salto arrière sur son dos. « Cela reste une de mes plus grandes réussites », clame la comédienne, qui s’est vite liée d’amitié avec Tai, tout comme Robert Pattinson, qui s’amusait à cacher des friandises pour elle dans ses poches pendant le tournage.
  • Malgré ce que peuvent laisser penser certaines scènes de De l’eau pour les éléphants, Christoph Waltz ne s’est livré à aucun acte de violence sur l’éléphant du film, et aucun animal n’a été maltraité durant le tournage, comme peut en témoigner l’American Human Association, chargée de veiller au bien-être des bêtes pendant toute la réalisation du long métrage. « Nous n’avons même pas utilisé de caoutchouc ni de crochet en mousse avec Tai. Celui que l’on voit dans le film n’a même jamais été à côté d’elle », explique le réalisateur Francis Lawrence.
  • Alors que les acteurs Channing Tatum, Emile Hirsch et Andrew Garfield avaient tous trois auditionné pour jouer le rôle de Jacob (finalement attribué à Robert Pattinson), Scarlett Johansson a refusé celui de Marlene (confié à Reese Witherspoon). Sean Penn, quant à lui, devait initialement incarner August Rosenbluth, mais a été remplacé par Christoph Waltz.
  • Les comédiens Reese Witherspoon et Robert Pattinson s’étaient déjà donné la réplique lors du tournage d’une scène de Vanity fair, la foire aux vanités, qui a finalement été coupée au montage final. Ils incarnaient à l’époque une mère et son fils, alors qu’ils jouent deux amoureux dans De l’eau pour les éléphants.

Publicités