je-deteste-tellement-taimer

Depuis sept ans qu’ils sont dans la même banque, Jennifer et Ian se détestent. Jusqu’au jour où ils sont obligés de travailler ensemble sur un projet important. Ian est le célibataire le plus en vue de Londres et, alors qu’ils sont au restaurant en train de parler boulot, ils sont épinglés par un paparazzi et leur photo se retrouve dans les journaux. Jennifer est furieuse. Mais Ian constate que cette photo a découragé une horde d’insupportables prétendantes. Du coup, il propose un marché à sa collègue : il lui laisse carte blanche pour leur projet de travail si elle accepte de jouer le rôle de sa petite amie. Facile ? Le défi risque de se révéler nettement plus compliqué que prévu…


                                      ✶✶✶☆☆

C’est dans le cadre de mon Reading Challenge 2016 pour la catégorie « Un livre avec un jouet sur la couverture », oui parce qu’une marionnette peut être un jouet, que je me suis lancée dans ce roman. Et finalement j’ai bien aimé même si l’histoire n’est pas des plus originales.

Nous faisons donc la connaissance de Jennifer, jeune avocate fiscaliste dans une banque à Londres qui vit en colocation avec ses deux meilleures amies, Laura et Vera. Elle se lance corps et âme dans son travail, qu’elle contrôle et maîtrise sur le bout des doigts, contrairement à sa vie sentimentale qui est un vrai fiasco. Elle a un caractère bien trempée et une personnalité plutôt forte. Sa famille est anti-aristo et ne comprend pas la plupart de ses choix sauf son frère Michael qui est plus compréhensif. De l’autre côté nous avons Ian St John, l’ennemi juré de Jenny. Beau, brun, ténébreux, héritier du duc Revington, intelligent, un physique à tomber, charismatique, déterminé et sûr de lui.. Jenny nous le décrit comme un collègue de travail très élitiste et hautain, voué à la harceler et la faire enrager, collectionneur de top-modèles et grand amateur de soirées mondaines… Le personnage de Ian est complexe, intéressant et surprenant. Je regrette que l’attitude de Ian pendant toutes ses années envers Jenny ne soit pas expliquée mais il a finalement réussi à me charmer. Jenny et Ian sont aux premiers abords comme chien et chat mais peu à peu on va se rendre compte qu’ils ont beaucoup de choses en commun et qu’ils s’adaptent parfaitement.

Tous les personnages secondaires présents ont chacun de l’originalité et une consistance suffisante pour que toute l’histoire soit cohérente et intéressante. Des familles plus excentriques les unes que les autres, des situations cocasses, avec un rythme soutenu, si bien qu’on ne s’ennuie jamais. Une foule d‘événements vont rythmer le récit pourtant simple, mais efficace.

Anna Premoli signe avec Je déteste tellement t’aimer une romance fraîche, acidulée, piquante et pétillante.

Publicités