Amour, Orgueil et Préjugés.jpg

Cassandra Nothfield est étudiante à la faculté de Lettres de Limerick, Irlande. Si elle a une tendresse particulière pour son père, professeur retraité de Lettres, et une grande complicité avec sa sœur aînée, au caractère pourtant radicalement opposé au sien, Cassandra se sent en décalage avec sa mère et ses autres sœurs. Toutefois, aussi exubérantes que ces dernières puissent être, elle ne tolère pas qu’on les raille. Pour qui se prend ce grand brun aussi séduisant qu’arrogant qui se tient aux côtés du jeune directeur Lorley, lors de la présentation de la nouvelle filiale commune à leurs deux groupes ? Toutefois, les apparences sont souvent trompeuses et la fierté mauvaise conseillère. Les actes se révéleraient-ils plus éloquents que les mots lorsqu’il s’agit d’amour ?


                                                                                                     ✶✶✶☆☆

La couverture, très victorienne, m’a tout de suite attirée l’œil. Une femme, de dos, mystérieuse sous une ombrelle de dentelles : voilà qui nous promettait une romance toute en douceur, digne de Jane Austen. J’ai lu Orgueil et préjugés l’année dernière et le roman avait été un énorme coup de cœur. Du coup j’ai décidé de tenter ma chance avec cette Austennerie mais j’ai été grandement déçu. 

Transposée au vingt et unième siècle, cette histoire intemporelle reste fidèle à l’original. On retrouve notre Lizzy en la personne de Cassandra, ses parents Francis et Doralee Nothfield ainsi que ses 3 sœurs Brittany (Jane), Nicole (Kitty) et Victoria (Lydia). La mère, toujours aussi névrosée, est fana des feux de l’amour d’où les prénoms de ces jeunes filles. Ici on ne va pas au bal mais à une soirée organisée à l’attention des employés de la chaîne de magasins “Lorley’s Store”, qui appartient à messieurs Matthew Lorley (monsieur Bingley) et Damon Drayton (monsieur Darcy) son meilleur ami. La rencontre coup de foudre entre Brittany et Matthew se fait donc lors de cette soirée, aucune surprise de ce côté-là. On découvre le personnage de Moira Lorley (Caroline Bingley) encore plus éperdument amoureuse de Damon Drayton, prête à se ridiculiser pour lui, réellement plus pathétique que sa jumelle mais beaucoup plus explicite dans sa volonté à épouser Damon et à ce que son frère épouse la sœur de celui-ci, Jillian, qui se destine à une carrière dans l’opéra.

Pour l’histoire en elle-même, je m’attendais à histoire inspirée de Jane Austen mais ici j’ai eu une impression de déjà vu, l’impression de relire quelque chose. Mise à part les lieux et les noms des personnages, tout s’est déroulé comme dans le roman éponyme, du coup je n’ai pas vu de réel intérêt à ma lecture. Jess Swann ne s’est pas contenté de reprendre le gros de l’histoire, elle a juste repris l’histoire et l’a mit à la date d’aujourd’hui. Par contre j’ai adoré la fin et les passages entre Damon et Cassandra.

En bref, j’ai été vraiment déçu par ma première Austennerie. L’écriture de Jess Swan est très fluide et agréable à lire mais son texte manque d’originalité. 

Publicités