A volonté : Tu t’es vue quand tu manges ? [Mademoiselle Caroline et Mathou].

Auteur : Mathou ; Mademoiselle Caroline 

Date de sortie : 2020

Edition : Delcourt

Nombre de pages : 128 pages

Genre : Bande-dessinée

« Avortez. », « Il va falloir faire un autre sport, votre fille n’est pas assez gracieuse pour la danse. », « On ne va pas avoir votre taille en rayon. », « T’as de la chance d’être grosse, au moins t’existes. »… Les journées de Mathou et Mademoiselle Caroline sont remplies de ces petites phrases, parfois anodines mais toujours assassines à propos de leur poids. Si l’une essaie désormais de s’accepter, l’autre fera toujours en sorte d’essayer de mincir mais ensemble, les deux autrices nous livrent leurs expériences et nous font prendre conscience que la grossophobie est un mal sociétal.


Booktrotteur

✶✶,5/5

« D’T’Facon, moi, ma bonne humeur a toujours été proportionnelle à la taille de mon cul ! »

Je suis Aurore, j’ai 30 ans. Je suis Animatrice et j’ai des kilos en trop depuis bien trop longtemps.

Quand j’ai vu passé ce livre dans mon feed instagram, je savais pertinemment qu’il fallait que le lise. Je connaissais Mathou de par ces Joyeux journal puisque ça fait deux ans qu’elle m’accompagne avec ses sublimes agendas. Par contre Mademoiselle Caroline m’était totalement inconnue. Ce qui est sûr c’est que je lirai d’autres ouvrages d’elles deux. Dans A volonté, elles parlent avec justesse d’un sujet très peu exploité et je me sens beaucoup moins seule maintenant.

Le thème de cet ouvrage c’est la grossophobie. On suit Caroline et Mathou dans une journée de grosse. C’est comme ça qu’elles présentent leur bande dessinée. Forcément, je me suis beaucoup reconnue et j’ai été touché durant ma lecture puisque j’ai toujours été ronde et que j’ai subi de nombreuses moqueries à cause de ce fait. Surtout au collège et au lycée. J’en subi encore les conséquences aujourd’hui puisque je manque énormément de confiance en moi et je sais que c’est dû à cette période de ma vie. Le regard des autres peut être assez dur à encaisser.. Ceux qui ne le vivent pas ne peuvent pas le comprendre. Ce n’est pas qu’un problème d’apparence. Ce n’est pas qu’une question de volonté.

« J’ai dû choisir entre être mince et suicidaire ou grosse et heureuse.. Je n’ai pas hésité très longtemps. Ne jugez pas trop vite les gros… On ne connaît pas toute leur histoire. »

La grossophobie est partout :

  • Dans les séries télévisées (Friends, This is us)
  • Dans les magasines (astuces pour perdre des kilos, recettes saines,..)
  • Sur des panneaux publicitaires (Slim Cool, Mincimax,..)
  • Lors de blagues
  • Sur les réseaux sociaux
  • Dans notre quotidien (chez le docteur, dans les magasins, notre entourage,..)

Parlons-en des rendez-vous chez le docteur d’ailleurs. Quand on est gros et qu’on va chez le médecin, c’est toute une histoire. Je peux le confirmer puisque je l’ai vécu. Dès que vous avez un problème, les médecins pensent directement que ça vient de votre poids. Pour mes soucis de tachycardie, le mien m’a fait faire une prise de sang pour vérifier le cholestérol (négatif) et leur seule réponse à mes malaises c’est « il faut marcher et ça se réglera tout seul » .. Vous croyez que j’ai pas essayé déjà ? Le pire c’est que je ne réponds rien à chaque fois parce que je suis gênée quand on met mon poids en avant et je culpabilise parce que j’aime trop manger. Je n’arrive tout simplement pas à me priver.

Je pense très souvent à de la nourriture, même quand je n’ai pas faim, juste par gourmandise. Mais ça peut aussi devenir obsessionnel chez moi. Quand je n’ai pas le moral, je mange. Quand je suis stressée, je mange. Quand je vis un échec, je mange.. . La nourriture est devenue mon refuge. Je suis consciente que j’ai sûrement un problème, qu’il faudrait peut être que j’aille voir un psychologue mais c’est ma décision à prendre. C’est comme pour les régimes. Si tu veux essayer, fais-le, mais pour toi et non pour les autres. Si tu es bien dans ton corps, ne changes rien. On est tous différents et on se doit d’accepter chacun comme il est. Qu’il soit petit, grand, gros, maigre, noir, blanc,..

« Le poids que j’ai vraiment à perdre n’est pas dans les bourrelets, mes bras ou mon cul… Il est dans mes peurs et mes angoisses. »

Il y en a marre de ces gens remplis de préjugés, marre des critiques, des allusions, des réflexions, des reproches, des remarques, des jugements,.. Il est temps que les choses changent, temps de se rendre que les mots peuvent blesser plus qu’on ne le pense.. Si on s’y met tous, si les mentalités évoluent, c’est possible !

Merci Caroline et Mathou de m’avoir permise de me sentir moins seule avec mes pensées. Merci Gabrielle Deydier de m’avoir touché avec la Préface. Les illustrations sont sublimes et réalistes. Je regrette juste de ne pas avoir eu l’idée avant même si je n’ai pas leur talent. Cette bande dessinée est juste une pépite.

« La montagne à gravir pour la perte de poids est bien plus remplie d’émotions à combattre que de calories. »

En bref, je pense vraiment que cette bande dessinée devrait être lu par tout le monde et qu’elle peut aider de nombreuses personnes comme moi à déculpabiliser. Alors foncez !

« La seule personne qui me sauvera, c’est moi. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :