[Citations inspirantes] Books, Books & Books partie 5 !

Hello les gens ! Je vous reviens aujourd’hui avec de nouvelles citations livresques. Sophie Kinsella, les sœurs Girard, Marie Vareille, Colleen Hoover, Kiera Cass, Marilyne Weiss, Mag Maury et Elle Kennedy sont à l’honneur.

rapunzel-books

– La compassion nourrit l’âme. La compassion est ce qui nous rend humain. [A charge de revanche – Sophie Kinsella]

– J’ai appris qu’échouer ne signifiait pas que j’étais nulle. Ça voulait juste dire que j’étais un être humain. [A charge de revanche – Sophie Kinsella]

– La famille, il n’y a pas mieux, Fixie. La famille nous fait fonctionner. Elle est tout. [A charge de revanche – Sophie Kinsella]

Il ne s’agit pas de partager le même sang et les mêmes gènes. La famille inclut aussi les gens qu’on respecte, auxquels on peut se fier, pour lesquels on a de l’affection. En bref, ceux qu’on aime. [A charge de revanche – Sophie Kinsella]

– S’accepter imparfaite, c’est s’approcher de la plénitude. [La femme parfaite est une connasse – Les sœurs Girard]

– N’oubliez jamais une fille qui ne grossit pas, c’est une fille qui ne mange pas. [La femme parfaite est une connasse – Les sœurs Girard]

– Tout le monde a ses problèmes. La vie n’est qu’une longue liste de problèmes à régler. [Je peux très bien me passer de toi – Marie Vareille]

– Suis ton instinct. Pas ton cœur, parce qu’il cherche toujours à te faire plaisir, pas ton cerveau parce qu’il se fonde trop sur la logique. [Never Never – Colleen Hoover]

– Ce n’est pas l’opinion que l’on a de soi qui compte ; ce qui compte, ce sont nos actions. [La Sélection – Kiera Cass]

– Si la vie était un long fleuve tranquille, cela se saurait. [La Sélection – Kiera Cass]

– L’automne. C’est la seule époque de l’année où l’on peut retrouver toutes les couleurs du monde dans la nature. Je préfère les couleurs qui existent déjà plutôt que celles qu’on fabrique. Elles sont souvent plus apaisantes, plus agréables à l’œil. [Pardonne-moi si tu peux – Marilyne Weiss]

– Le ciel est une des rares choses que tout le monde possède l’espace d’un instant. Un regard suffit à se l’approprier. Il reste cependant unique et changeant. Il évolue un peu comme les sentiments. Il peut être sombre ou dégagé, morose ou lumineux, rassurant ou menaçant… [Fast Games – Mag Maury]

– La façon dont les gens te perçoivent n’a pas d’importance. Ce qui compte, c’est le regard que tu portes sur toi. [The Chase – Elle Kennedy]

– Peut-être la vie des autres est-elle plus facile à juger que la sienne. [Et que ne durent que les moments doux – Virginie Grimaldi]

– Tu n’es pas plus inquiète parce que tu le dis à voix haute. [Et que ne durent que les moments doux – Virginie Grimaldi]

– L’âge est une prison. Je refuse de me laisser enfermer. Il y a des vieilles de vingt ans, moi je suis une jeune de soixante ans. [Et que ne durent que les moments doux – Virginie Grimaldi]

– J’ai beaucoup d’amour à donner, mais plus personne pour le recevoir. Toutes les nuits, je fais des câlins à mes souvenirs. [Et que ne durent que les moments doux – Virginie Grimaldi]

– Mon existence est en noir et blanc et j’attends, immobile sur mon canapé, le retour des couleurs. Peut-être est-il temps de sortir les feutres. [Et que ne durent que les moments doux – Virginie Grimaldi]

– J’ai conscience que s’affirmer ne veut pas dire blesser, j’y travaille et j’ai bon espoir de réussir un jour à me faire entendre sans culpabiliser. [Et que ne durent que les moments doux – Virginie Grimaldi]

– On peut se réparer de tout. Toutes les pièces ne seront pas forcément à la bonne place, certaines seront manquantes, mais on se reconstruit. Cela demande du temps, c’ est un petit pas en avant pour trois grands sauts en arrière, mais l’humain est ainsi fait. [Et que ne durent que les moments doux – Virginie Grimaldi]

– Un jour, tu n’attendra plus des autres qu:ils te rendent heureuses. Tu te feras ce cadeau toute seule. [Et que ne durent que les moments doux – Virginie Grimaldi]

– Je me méfie du bonheur, la facture est trop salée. Il débarque chez toi, il pose ses valises, envahit l’espace, le moindre recoin, il est plaisant, de bonne compagnie, alors on s’y habitué, on s’y attaché, il devient indispensable, et puis, brusquement, un jour, il disparaît, on rentre et il est parti, laissant la porte ouverte et le malheur mettre ses pieds sous la table. [Et que ne durent que les moments doux – Virginie Grimaldi]

– Les épreuves partagées sont les plus difficiles à surmonter, car tous les individus concernés sont fragilisés, et chacun a une manière personnelle de réagir. [Et que ne durent que les moments doux – Virginie Grimaldi]

– Il est toujours préférable de dire ce que l’on ressent plutôt que de faire des reproches. « Je ressens » plutôt que « Tu as fais ça ». [Et que ne durent que les moments doux – Virginie Grimaldi]

– Les livres sont le meilleur moyen de s’envoler vers d’autres vies, quand la sienne est trop lourde. [Et que ne durent que les moments doux – Virginie Grimaldi]

– La vie se trouve juste derrière la peur. [Et que ne durent que les moments doux – Virginie Grimaldi]

– Tu es ton seul frein. La seule personne qui a l’obligation de te rendre heureuse, c’est toi. [Et que ne durent que les moments doux – Virginie Grimaldi]

– Quatre appels, cinq messages et cinquante bises. C’est l’unique différence entre le jour de mes cinquante ans et tous les autres jours de ma vie. [Et que ne durent que les moments doux – Virginie Grimaldi]

– On ne connaît pas vraiment ceux qui nous entourent. Certains font beaucoup de bruit pour camoufler leur absence. Mais d’autres, inattendus, nous envoient une bouée quand on sombre. [Et que ne durent que les moments doux – Virginie Grimaldi]

– On a tous tendance à être la personne la plus sévère pour soi, alors qu’on devrait être la plus bienveillante. [Et que ne durent que les moments doux – Virginie Grimaldi]

– Nous sommes tous les mêmes, sur la ligne de départ, c’est en route que nous différons. [Et que ne durent que les moments doux – Virginie Grimaldi]

– L’impuissance face à la souffrance de ses enfants est l’une des plus grandes épreuves des parents. [Et que ne durent que les moments doux – Virginie Grimaldi]

– Il ne faut pas contourner les obstacles, il faut leur sauter dessus à pieds joints, et en profiter pour s’envoler. [Et que ne durent que les moments doux – Virginie Grimaldi]

– Être ensemble est tellement rare que l’on en mesure la valeur. [Et que ne durent que les moments doux – Virginie Grimaldi]

– Une fois passés, les moments doux ne disparaissent pas. Quelque part, au fond de nous, ils durent pour toujours. On les appelle les souvenirs. [Et que ne durent que les moments doux – Virginie Grimaldi]

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :