Avant toi [Jojo Moyes].

PicsArt_07-01-09.14.39

Auteur : Jojo Moyes

Date de sortie : 2016

Edition : Milady

Nombre de pages : 520 pages

Genre : Romance contemporaine

Quand Lou apprend que le bar où elle est serveuse depuis des années, met la clé sous la porte, c’est la panique. En pleine crise, dans ce trou paumé de l’Angleterre, elle se démène pour dégoter un job qui lui permettra d’apporter à sa famille le soutien financier nécessaire. On lui propose un contrat de six mois pour tenir compagnie à un handicapé. C’est alors que la jeune femme découvre Will, un jeune tétraplégique qui rêve de mettre fin à ses jours. Lou n’a que quelques mois pour le faire changer d’avis.


✶✶✶✶/5

« J’avais cent dix-sept jours devant moi pour trouver à Will Traynor une bonne raison de vivre. »

Une histoire bouleversante avec un sujet grave et dont on ne parle que trop peu.. L’euthanasie et le droit à la mort. #coupdecoeur

Louisa Clark, alias Lou, a 26 ans et elle se retrouve au chômage parce que son patron Franck a vendu le café « Petit Pain beurré », où elle a travaillé pendant 6 ans, pour aller s’occuper de son père qui ne va pas bien. Elle décroche un poste d’aide-soignante qui consiste à s’occuper d’un homme handicapé. Elle est chaleureuse, ouverte, drôle, bavarde, joyeuse, lumineuse, déterminée, énergique, vive d’esprit,.. Elle a son propre style vestimentaires (cf ses collants bourdons), elle ne sait pas dissimuler ses sentiments et elle dit à voix haute ce qui lui passe par la tête. Elle s’assume complètement sans avoir peur du regard des autres. Elle est un exemple à suivre et je l’ai tout simplement adoré Mention spéciale à la chanson du Molahonkey. Louisa est une fille ordinaire menant une vie non moins ordinaire. Elle vit avec sa sœur la très intelligente Katrina alias Treena qui souhaite reprendre la fac, son neveu Thomas, son père Bernard, sa mère Joséphine et son grand père.

Will Traynor a 35 ans et il est devenu tétraplégique de niveau C5/C6 à cause d’un accident de moto.. Pas la sienne, il n’était qu’un piéton innocent. Il a une lésion de la moelle épinière. Il a perdu totalement l’usage de ses jambes et il a un usage limité de ses mains et de ses bras. Il n’y aura jamais d’amélioration.. Avant il adorait l’adrénaline, il menait la grande vie avec un V majuscule (Cascades, Voyages, Sport,..), et il adorait son travail. Maintenant il trouve la vie insupportable. Il est misérable et malheureux, ce qui le rend méchant, lunatique, autoritaire, exaspérant et sarcastique. Il souffre intensément et en silence. Entre la pneumonie, la sensation de brûlure dans les membres, la dysréflexie autonome, les spasmes, les infections, les problèmes de régulation de la température, .. Il s’est créé une carapace impénétrable avec des défenses infranchissables. Mais il est aussi vulnérable, intelligent et drôle. Il a prévu de mettre fin à ses jours à Dignitas. Sa mère Camilla Traynor est magistrate. Le jardin est son exutoire. Elle est hautaine mais perdue. C’est une mère en souffrance qui ne sait plus quoi faire pour aider son fils et éviter le pire. Son père Steven fréquente en cachette une certaine Della. Et il y a sa sœur, la directe Georgina. C’est très dur pour sa famille d’accepter la situation. Ils sont tous dans une situation impossible.

« Je suis en train de vous expliquer qu’il y a un monde à découvrir. Mais que je vous serais infiniment reconnaissant de me préparer d’abord quelques pommes de terre. »

Au début Will est méchant et sarcastique avec Louisa, tellement qu’elle commence à le haïr. Lou lui tient tête et l’envoie balader quand il dépasse les bornes. Elle ne marche pas sur des œufs autour de lui comme le fait la plupart de son entourage. Ce qui fait qu’il commence à l’apprécier. Il a même fait confectionner des collants bourdons taille adulte spécialement pour elle. Pour lui changer les idées (et essayer de lui faire changer d’avis), Louisa l’amène à une course de chevaux, à des concerts, au théâtre, au cinéma, dans une galerie d’art, à une dégustation de vin et à des vacances à l’île Maurice entre autres. Elle le voit tel qu’il est, l’homme qu’il est sans ses cicatrices et son handicap. Lou a rendu sa vie meilleure, elle le fait rire et sourire. Il est plus heureux lorsqu’elle est dans les parages. William lui a fait entrevoir ses différentes possibilités futures. Il y a des regards qui ne trompent pas. Louisa est tombée amoureuse et je soupçonne que lui aussi. Du moins, il l’aime beaucoup. Ils auraient pu être heureux ensembles.. dans une autre vie.

Nous avons également ce monomaniaque et Marathon Man de Patrick, les fiancés Rupert et Alicia, ce pilier de la messagerie instantanée Ritchie et l’infirmier Nathan. Ce dernier est  imperturbable, sympathique mais aussi distant et détaché. Avec Will, ils se respectent et s’apprécient beaucoup.

« Tu es gravée dans mon cœur, Clark. Tu l’as été dès le premier jour où tu es arrivée, avec tes fringues à la con, tes blagues moisies et ton incapacité absolue à dissimuler ce que tu ressens. Tu as changé ma vie infiniment plus que cet argent ne pourra changer la tienne. »

Jojo Moyes ouvre le débat sur un sujet plus que délicat, l’euthanasie et le droit à la mort. Ce qui entraîne des réflexions sur le libre arbitre, l’acceptation ou non, la qualité de vie,… Elle s’est inspirée d’un de ses proches et elle dédicace ce livre à un certain Charles donc peut-être.. Ce roman m’a beaucoup fait me questionner. Comment aurai-je réagi à la place de Lou et la famille de Will, aurai-je accepter le choix de ce dernier ? Durant ma lecture, j’ai été traversé par diverses émotions. J’ai souri, j’ai été ému, j’ai eu les larmes aux yeux, j’ai été en colère,.. Le point de vue principal est celui de Louisa mais nous avons aussi droit à un chapitre sur Camilla, un autre sur Nathan, un autre sur Steven et un autre de Katrina. Mon tout riquiqui regret c’est de ne pas avoir eu un petit point de vue de Will mais ce chapitre aurai été trop compliqué à écrire j’imagine.. L’autrice a même été jusqu’à écrire un chapitre sur le service des poursuites judiciaires de la couronne avec les risques encourus pour les personnes qui ont aidé Will. Ce qui rend le tout encore plus réel. Les remerciements sont au début du roman, ce qui est original. Le prologue se déroule en 2007 et le présent se déroule en 2009, en pleine crise économique. Elle fini le roman en répondant à quelques questions sur l’écriture de ce roman.

En bref, Jojo Moyes a brisé mon cœur en milles morceaux avec ce roman mais il est aussi remplit d’espoir et de tendresse. Le sujet abordé est délicat mais parfaitement bien traité. Il devrait exister plus de livres avec des thèmes aussi controversé mais importants. C’est l’histoire de deux personnes qui n’étaient pas destinés à se rencontrés mais qui ont fini par découvrir qu’elles étaient les seules à se comprendre mutuellement.

2 commentaires sur “Avant toi [Jojo Moyes].

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :